Audio Mobility: Introduction

By Peter Sinclair and Elena Biserna.

voir la version française

The major part of this special edition is based on the proceedings of Locus Sonus Symposium #8 Audio Mobility [1] . The symposium assembled an international panel of artists, theoreticians and researchers from various scientific domains to discuss the significance of mobility in regards to the ways in which we create, perceive and organise sound. To situate the context, here is a brief extract from the original call for contributions:

We propose to consider mobile audio-technology from two points of view. These can be assimilated to maps and sounding. In the case of maps, we project space and trajectory through schematic representation while in the case of sounding, we activate the environment around us and in so doing collect information about it through feedback.

Much of the ensuing discussion revolves around the aesthetical, cultural, social as well as philosophical issues arising from the development of recent mobile listening and sound-making devices that allow us to record, transmit, mix, process and geo-localize sound on the move and in real-time. The reader will find references to augmented reality, historical or artistic audio guides and sensor-based systems that sonify the here and now, but also more abstract notions that redefine auditoriums or investigate cultural practice related to mobile sound making and listening. Research from media studies draws our attention to strategies for the conservation of the private audio sphere (e.g. headphone listening) and other tactics that rather invade public territory through the audio dimension (e.g. ringtones or ghetto blasters). Fundamental research into audio perception rubs shoulders with contemporary embodiments of folk musical instruments and 3d virtual “gaming” spaces.

Samuel Bordreuil takes us back to the 1980s – the days of Djs and sound systems and relates the way they conquered territories in Marseilles. In so doing, he addresses (social) commonality, sense of belonging, musical territorialization of urban space and its “dramatizing” effects. Jumping forward to today’s emerging technologies, Steve Jones renews the role of the busker by building on the accessibility and portability of mobile phones. The smart phone or tablet, like a harmonica that you carry in your pocket, becomes an instrument to accompany the wanderings of the contemporary “troubadour”. Also concerned with popular culture, Frauke Behrendt presents a comprehensive taxonomy of mobile sound divided into four categories: musical instruments, sonifying mobility, sound platforms and placed sounds. She develops the last (most widespread) category, suggesting that the practice of walking in locative projects can be considered as sonic interaction design; “we listen with our legs”. Although Elena Biserna is more specifically interested in the arts, her reflection also starts with the act of walking. Her paper provides an introduction to the history of mobile-mediated listening-works from the 1980s onwards. By focussing on the redefinition of boundaries between aesthetic and everyday experiences, it considers three different ways of reshaping the relationship between the walking-listener and his/her environment through the use of portable listening devices – “revelation”, “overwriting” and “interaction”.

This special issue also includes descriptions of and reflections on strategies relating to mobile sound written by the artists themselves. These contributions offer a broad view on an ever-expanding field of art practices that act directly on urban space by using a variety of strategies, approaches, forms and media. In so doing, they critically penetrate the multilayered dynamics of (mobile) listening and soundmaking in the public sphere. Justin Bennett reflects on his long series of audio walk projects that, spanning the last two and half decades, have “overwritten” urban space in many different ways. Experimenting with recorded sound, radio transmission and, more recently, locative media, he addresses historical, social, economical as well as environmental issues relating to specific sites. Joel Cahen also describes an example of narrative placed sound (to use Behrendt’s terminology). His locative project Interzone Theatre creates a “sound based augmented reality theatre” through the mobile and personal auditorium of our headphones. Murmures Urbains, discussed here by Emmanuel Guez and Xavier Boissarie, is another piece that generates a “theatre without walls” using instruction based protocols, developed on the platform Message situés. By delivering audio instructions, the project transforms the listener into a performer inviting him to play with social norms in public spaces. Jessica Thompson’s way of engaging with the urban milieu and social behaviour involves the use of pervasive computing and networked wearable devices. Posing the body as site and as context, she discusses several projects where mobility, sound and interaction set the stage for networked performances. On the other hand, Matthieu Saladin develops a somewhat different “tactical” approach by investigating the role of the ringtone in the neoliberal soundscape and the mobile phone as an “apparatus” (in Giorgio Agamben’s terms). Starting from these reflections, his project Sonnerie Publiques hijacks our mobile phones by offering downloadable ringtones that deliver “thought provoking” text to speech messages infiltrating the public sphere.

Another group of contributions is more concerned with sensing and sonification. Here Peter Sinclair speculates that the new power of calculation that we carry in our pockets might enable innovative methods for generating sound directly from the situation, rather than overlaying it with recorded sound. He describes his research leading to the development of an app that generates music for cars and argues for the prolongation of perception through mobiles devices. If Sinclair places his production clearly on the side of the probe, Jean Cristofol challenges the dichotomy between map and probe (mentioned above) with the idea that the latter, arguably, generates its own cartography. By the same token, his paper provides an articulation between these two modes of audio mobility leading him to question the validity of traditional boundaries and geographical limits. He suggests that mobile devices – technologies of transmission and localization, but also those based on probes – represent a new way to define limits between individuals and social groups. Both Dom Schlienger and Aisen Caro Chacin are developing devices that literally use sounding to perceive physical space. Schlienger proposes the use of acoustic source localization principles (measuring acoustic time delays between loudspeakers and microphones) as a means for local positioning in spatially interactive applications. This offers perspectives for possible interactions between a performers position and musical expression in future artistic projects. Aisen Caro Chacin with her Echolocation Headphones offers bat vision to her audience – converging beams of ultra sound bounce of surfaces in the environment providing an intuitive but precise form of audio navigation that, aside from its aesthetic an ludic qualities, could also potentially be useful for blind people. Gaetan Parsilhan’s (et al.) research also seeks to further sightless navigation. In this case, the aim is to improve sonification design for guidance tasks and the study compares the efficiency of different sound parameter control strategies in relation to perception of localization. Romain Barthélémy and Roland Cahen are also involved in sonification design. Their project My Smart City uses a “topohonic” approach to distribute carefully tailored sounds linked to location and task.

Moving away from the applied science of audio perception, the following authors engage a discussion about the aesthetics of environmental sound in its relationship to movement and/or mobile media. Aline Veillat interrogates the notion of soundscape/landscape and the way we frame our audio field. From multidisciplinary research including sound anthropology, neurophysiology and philosophy of perception, she brings us back to more artistic concerns with her deambulatory sound installations. Jerome Joy is concerned with the notion of auditorium, which he redefines as any environment in which audio content or practice is shared. He discusses displacements in the acoustic environment in terms of musical practice; ways of activating or modulating the sound environment through our movements and (inter)actions. Laurent Di Biase proposes what might be considered as a practical embodiment of this idea. In a project produced during a residency leading up to the Locus Sonus symposium – Four Mobile Tracks – the path becomes the score as performers stream audio from the outside urban environment which Laurent remixes live in the auditorium. Exploring the relationship between field recording and environmental awareness, Owen Chapman presents a mobile sound-mapping and soundscape project focused on an abandoned stretch of urban wilderness in Montreal, Canada. Marie Muller also mapped sounds of Aix en Provence during a Locus Sonus residency. She incorporated her field recordings into a 3d model, using video game technology. In the resulting installation, the spectator can navigate in a schematic reconstruction of a city soundscape mapped to the volume of an empty space.
Finally, Fabrice Metais brings a singular approach to the debate addressing the philosophical question of shared phenomenology modified by technological mediation – the amorous relationship conducted through mobile phones.

The reader will have understood that this collection of essays is deliberately multi disciplinary. We hope that, taken as whole, the contributions in this issue will offer useful insight into questions raised by contemporary and historical mobile audio related practices. We further hope that the reader will get as much enjoyment as we have from tracing paths through this rich selection.

We would like to thank Owen Chapman (managing editor of Wi) for offering us the opportunity to publish this special edition and for the support of Michelle Macklem (online text management) and Antonia Hernandez (graphic design and layout) during the editorial process. Thanks also to the Concordia University Research Chair in Mobile Media Studies (Kim Sawchuk) for financial support.

We would also like to thank the panel of peer reviewers: Richard Kronland-Martinet (LMA – CNRS), Samuel Bordreuil (AMU/CNRS-LAMES), Jean-Paul Thibaud (CRESSON- CNRS), Jacques Sapiega (AMU – ASTRAM), Angus Carlyle (CRISAP), Jean Cristofol (ESAA), Jérôme Joy (ENSAB – Locus Sonus), Anne Roquigny (Locus Sonus), Marie Muller, Laurent Di Biase, Fabrice Métais.

The Locus Sonus Symposium #8 was organised by Locus Sonus (ESA Aix en Provence & ENSBA Bourges) in partnership with AMU MMSH LAMES (Laboratoire Méditerranéen de Sociologie), Seconde Nature and Fondation Vasarely (Aix en Provence).
Locus Sonus is funded by the French Ministry of Culture.


Audio Mobilité : Introduction

L’essentiel de cette édition spéciale est basée sur les présentations faites durant le Symposium #8 de Locus Sonus intitulé Audio Mobilité. Le symposium a réuni un groupe international d’artistes, théoriciens et chercheurs de divers domaines scientifiques pour discuter de l’importance de la mobilité dans la création, l’organisation et la perception sonore. Pour situer le contexte, voici un bref extrait de l’appel à contribution du symposium:

Nous proposons de considérer les technologies audio-mobiles de deux points de vue qui peuvent être illustrés par les notions de cartographie et de sondage. Dans le cas des cartes, nous nous projetons dans le cadre d’une représentation (schématique et abstraite). Dans le cas du sondage, nous activons l’environnement autour de nous et nous récoltons ce faisant des informations sur cet espace.

Une grande partie de la discussion qui a suivi s’articule autour des questions esthétiques, culturelles, sociales ou philosophiques, dues aux développements récents des dispositifs d’écoute et de production audio qui permettent d’enregistrer, de transmettre, de mixer, de traiter et de géolocaliser le son dans la mobilité et en temps réel. Le lecteur trouvera des références à la réalité augmentée, aux audio-guides historiques ou artistiques, à des systèmes à base de capteurs qui sonifient des données immédiates, mais aussi des notions plus abstraites qui redéfinissent le terme d’auditorium ou qui enquêtent sur les pratiques culturelles liées à la production et à l’écoute mobile du son. Des recherches issues des médias studies attirent notre attention sur les stratégies qui tendent à la préservation de la sphère audio personnelle (par exemple l’écoute au casque) et sur d’autres pratiques qui au contraire envahissent le territoire public par le son (par exemple des sonneries ou des ghetto blasters). La recherche fondamentale sur la perception audio côtoie, aussi bien les instruments contemporains qui se transforment en instruments traditionnels, que les espaces virtuels “de jeu” en 3D.

Samuel Bordreuil nous ramène aux années 1980 – l’époque des Djs et des sound systems – et relate la façon dont ils ont conquis les territoires marseillais. Ce faisant, il questionne les modes de partage communs, le sentiment d’appartenance et de territorialisation musicale de l’espace urbain et ses effets “dramatisant”. Faisant un saut en avant jusqu’aux technologies émergentes d’aujourd’hui, Steve Jones renouvelle le rôle du musicien de rue en s’appuyant sur l’accessibilité et la légèreté des téléphones mobiles. Le smartphone ou la tablette, comme un harmonica que vous portez dans votre poche, deviennent des instruments qui accompagnent les errances du “troubadour” contemporain. Elle aussi concernée par la culture populaire, Frauke Behrendt présente une taxonomie complète de la mobilité sonore divisée en quatre grandes catégories : instruments de musique, sonification de la mobilité, plates-formes sonores partagées et sons localisés. Elle développe la dernière catégorie (la plus répandue), suggérant que la pratique de la marche dans les projets localisés peut être considérée comme un design d’interaction sonore : “Nous écoutons avec nos jambes”. Pour sa part Elena Biserna s’intéresse plus particulièrement aux pratiques artistiques. Son article part aussi de l’acte de la marche et il nous propose une introduction à l’histoire des formes d’écoute mobiles dans les œuvres à partir des années 1980. En soulignant la redéfinition des frontières entre les expériences esthétiques et l’expérience quotidienne, elle fait apparaître trois façons différentes de remodeler la relation entre le/la marcheur(se)-auditeur(trice) et sa/son environnement au travers de l’utilisation de dispositifs d’écoute portables – “révélation”, “superposition” et “interaction”.

Ce numéro spécial comprend aussi des descriptions et des réflexions sur les stratégies relatives aux pratiques audio-mobiles développées par les artistes. Ces contributions offrent un large point de vue sur les pratiques artistiques qui agissent directement sur l’espace urbain en utilisant une variété de stratégies, d’approches, de formes et de médias. Ce faisant, elles constituent une ouverture critique sur la dynamique diversifiée de l’écoute mobile et de la production sonore dans la sphère publique. C’est ce que reflète la longue série de projets d’audio walks de Justin Bennett. Ces projets, développés ces deux dernière décennies, ont sans cesse et de façons différentes “retracés” l’espace urbain. Il aborde des questions historiques, sociales, économiques ou environnementales liées à des sites spécifiques, à partir d’expérimentions qui engagent le son enregistré, la retransmission radio ou, plus récemment, les médias locatifs. Joel Cahen donne également un exemple narratif de son localisé (pour reprendre la terminologie de Behrendt). Son projet Interzone Théâtre donne lieu à un “théâtre de la réalité augmentée” fondé sur l’écoute, grâce à l’auditorium mobile et de nos écouteurs personnels. Murmures Urbains, exposé ici par Emmanuel Guez et Xavier Boissarie, est une autre façon de générer un “théâtre sans murs”, grâce aux instructions issues des protocoles développés sur la plateforme Messages Situés. En fournissant des instructions audio, le projet transforme l’auditeur en performeur et il l’invite à jouer avec les normes sociales dans l’espace public. La façon dont Jessica Thompson s’engage dans le milieu urbain et joue avec le comportement social est liée aux appareils portables, aux réseaux et à l’informatique pervasive. Posant le corps dans sa relation au lieu et au contexte, elle présente plusieurs projets où la mobilité, le son et l’interaction permettent de créer des performances en réseau. D’autre part, Matthieu Saladin développe une autre “tactique” en questionnant le rôle des sonneries dans le paysage sonore néolibéral et du téléphone mobile comme “dispositif” (selon les termes de Giorgio Agamben). C’est sur la base de ces réflexions que son projet Sonnerie Publiques détourne nos téléphones mobiles en nous offrant, en guise de sonneries téléchargeables, des messages vocaux destinés à infiltrer des “pensées provocantes” dans la sphère publique.

Un autre groupe de contributions s’intéresse plus précisément à la captation et à la sonification des données. Ainsi, Peter Sinclair pense que la nouvelle puissance de calcul que nous avons dans nos poches devrait ouvrir la possibilité d’imaginer de nouvelles façons de produire directement du son à partir de la situation qui se déroule, plutôt que rajouter une couche supplémentaire de son enregistrés. Sa recherche et son application destinée à générer de la musique dans les automobiles plaident en faveur du prolongement de la perception grâce aux appareils mobiles. Si Sinclair met sa production clairement du côté de la sonde, Jean Cristofol discute de la dichotomie entre la carte et la sonde (mentionnée ci-dessus) à partir de l’idée que cette dernière génère d’une certaine façon sa propre cartographie. Par la même occasion, son travail propose une articulation entre ces deux façons de concevoir la mobilité audio, ce qui l’amène à questionner la transformation des frontières traditionnelles et des limites géographiques. Il suggère que les appareils de la mobilité – les technologies de communication et de géo-localisation, mais aussi les technologies fonctionnant comme des sondes – représentent une nouvelle façon de définir les limites entre les individus et les groupes sociaux. Dom Schlienger et Aisen Caro Chacin développent des dispositifs qui sondent littéralement l’espace physique pour le rendre perceptible. Dom Schlienger propose des principes de localisation de sources acoustiques (mesures de délais acoustiques entre des haut-parleurs et des microphones) comme un moyen de positionnement local dans des applications spatiales interactives. Cela ouvre, pour des projets artistiques futurs, de nouvelles possibilités de jouer sur l’interaction entre les positions spatiales des interprètes et l’expression musicale. Les Echolocation Headphones de Aisen Caro Chacin offrent une vision de chauve-souris à ses utilisateurs – les faisceaux convergents des ultrasons rebondissent sur les surfaces environnantes et dessinent des formes intuitives mais précises de navigation audio. En dehors de ses qualités esthétiques et ludiques, ce système pourrait être potentiellement utile pour personnes aveugles. La recherche de Gaetan Parsilhan (et al.) porte également sur les modes de navigation à l’aveugle. Dans ce cas, l’objectif est de développer les modes de guidage par la sonification et de comparer l’efficacité de différentes stratégies de contrôle des paramètres sonores dans la perception de la localisation. Romain Barthélémy et Roland Cahen sont aussi engagés dans une recherche sur la sonification. Leur projet My Smart City utilise une approche “topophonique” pour l’usage de sons précisément conçus en fonction des lieux et des fonctions.

S’éloignant de la science appliquée de la perception et de l’audition, les auteurs de la partie suivante portent le débat sur l’esthétique de l’environnement sonore dans sa relation au mouvement et aux technologies de la mobilité. Aline Veillat interroge la notion de paysage sonore et la façon dont nous constituons notre univers sonore. A partir de recherches multidisciplinaires comme l’anthropologie sonore, la neurophysiologie et la philosophie de la perception, elle nous ramène vers des préoccupations plus artistiques avec ses installations sonores déambulatoires. Jérôme Joy s’intéresse à la notion d’auditorium, qu’il redéfinit comme tout environnement permettant la pratique ou le partage de contenus audio. Il considère les déplacements dans l’espace acoustique comme un moyen d’activer et de moduler l’environnement sonore à travers nos mouvements et nos interactions et, en conséquence, comme une pratique musicale. Laurent Di Biase propose ce qui pourrait être considéré comme une forme de concrétisation de cette idée, sous la forme d’un projet réalisé lors d’une résidence menant au colloque Locus Sonus : Four Mobile Tracks. Quatre performeurs-interprètes font une captation sonore de leur parcours urbain, sous forme de streams. Laurent Di Biase les remixe en temps réel dans un auditorium. En explorant la relation entre le field recording et la prise de conscience de l’environnement, Owen Chapman présente un projet mobile de cartographie et de paysage sonore axé sur un territoire urbain abandonné à Montréal, Canada. Marie Muller, lors d’une résidence à Locus Sonus, crée également une cartographie sonore d’Aix en Provence. Elle incorpore ses enregistrements sur le terrain dans à un modèle 3D, en utilisant la technologie du jeu vidéo. Dans l’installation qui en résulte le spectateur peut physiquement naviguer dans une reconstruction schématique du paysage sonore de la ville, re-dessiné dans le volume d’un espace vide.

Enfin Fabrice Metais apporte une approche singulière au débat en abordant la question philosophique d’une phénoménologie partagée par la médiation technologique – la relation amoureuse menée via les téléphones mobiles.

Le lecteur aura compris que cette collection d’essais est volontairement pluridisciplinaire. Nous espérons que, dans l’ensemble, les contributions de ce numéro offriront un aperçu utile des questions soulevées par les pratiques audio mobile d’un point vue historique et actuel. Nous espérons en outre que le lecteur aura autant de plaisir que nous en avons eu en retraçant des multiples chemins de cette riche sélection.

Nous tenons à remercier chaleureusement les éditeurs de Wi et en particulier Owen Chapman de nous avoir donné l’opportunité de publier ce numéro spécial. Un grand merci également à Michelle Macklem (direction éditoriale en ligne) et à Antonia Hernandez (design et mise en page) pour leur soutien durant tout le processus éditorial.

Nous tenons également à remercier le groupe de pairs examinateurs: Richard Kronland-Martinet (LMA – CNRS), Samuel Bordreuil (UMA / CNRS-LAMES), Jean-Paul Thibaud (CRESSON- CNRS), Jacques Sapiega (UMA – ASTRAM), Angus Carlyle (CRISAP), Jean Cristofol (ESAA), Jérôme Joy (ENSAB – Locus Sonus), Anne Roquigny (Locus Sonus), Marie Muller, Laurent Di Biase, Fabrice Métais.

Le Locus Sonus Symposium #8 a été organisé par Locus Sonus (ESA Aix en Provence et ENSBA Bourges) en partenariat avec l’UMA MMSH LAMES (Laboratoire Méditerranéen de Sociologie), Seconde Nature et la Fondation Vasarely (Aix en Provence).

Locus Sonus est financé par le ministère français de la Culture.

PDF version of this article

Footnotes

  1. Locus Sonus Symposium #8 Audio Mobility (April 16-18, 2014), École Supérieure d’Art d’Aix en Provence and LAMES MMSH (Laboratoire Méditerranéen de Sociologie). ^

1 comment for “Audio Mobility: Introduction

  1. 07/03/2015 at 05:46

    Many thanks for creating Audio Mobility: Introduction | Wi Journal,
    actually enjoy it.

Leave a Reply to www.kennysang.org Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *